Définition du contrat de capitalisation et fonctionnement

Un contrat de capitalisation est un produit d’épargne à moyen ou long terme, qui permet à une personne physique ou morale d’investir sur différents supports financiers.

Il ressemble fortement au contrat d’assurance-vie dans son fonctionnement, mais ce n’en est pas un pour autant. Ce qui le différencie, c’est qu’il ne dépend pas de la durée de vie du souscripteur.

Les fonds placés génèrent des intérêts pendant toute la durée du contrat. Ce dernier peut être mono-support ou multi-supports. Cela signifie que vous pouvez investir sur du fonds euros qui garantit le capital jusqu’à 70 000€, mais offre un rendement faible, ou sur d’autres supports comme des unités de compte dont des actions, OPCVM, SCPI, SCI, ETF… qui offrent un rendement plus intéressant.

Votre capital est réparti sur les différents supports, selon votre profil de risque (sécuritaire, équilibré ou dynamique).

Les fonds peuvent être retirés entièrement ou partiellement, à tout moment. L’argent vous sera versé sous forme de capital ou sous forme de rente viagère.

Contrat de capitalisation les avantages et le cadre fiscal

Pour une personne physique, concernant la fiscalité applicable à ce contrat, il s’agit de la même que celle appliquée à l’assurance-vie. Le régime d’imposition dépendra de la date de souscription et de la durée de détention du contrat. Si l’épargnant choisit une sortie en rente viagère, les intérêts acquis seront exonérés d’impôts, alors que la rente sera imposable selon l’âge du bénéficiaire (par exemple, le rentier a moins de 50 ans, la part de la rente à intégrer à l’impôt sera de 70% du montant).

Pour une personne morale, si la société est soumise à l’IS, l’imposition des intérêts générés sera annuelle y compris en l’absence de rachats. Son calcul se fait sur la base de 105% du taux mensuel des emprunts d’État en vigueur au moment de la souscription du contrat.

Tout comme l’assurance-vie, les rachats effectués après 8 ans de détention bénéficient d’un abattement de 4 600€ pour une personne seule et 9 600€ pour un couple.

Ci-dessous, un tableau récapitulatif de la fiscalité d’un contrat de capitalisation :

Mais, les contribuables peuvent également opter pour le barème progressif de l’IR. Cette option concerne les revenus de capitaux mobiliers obtenus dans l’année d’imposition. Cela peut être avantageux si vous avez une tranche marginale d’imposition assez faible.

Il existe cependant, certains cas d’exonérations quand le souscripteur ou son conjoint se trouve dans une situation particulière comme une mise en retraite anticipée, un licenciement, une fin de CDD ou encore une invalidité.

Modes de gestion du contrat de capitalisation

Le souscripteur peut opter pour une gestion libre avec laquelle il choisira ses fonds et sera acteur du suivi de son placement, ou une gestion pilotée qui délègue entièrement la gestion du placement à des gestionnaires de la compagnie d’assurance.

Le contrat de capitalisation au décès du souscripteur

À la différence de l’assurance-vie, le contrat ne sera pas dénoué lors du décès du souscripteur. Il fera partie de la masse successorale comme tout autre bien. Les héritiers pourront racheter le contrat ou le maintenir pour bénéficier au niveau fiscal des années déjà écoulées.

5/5 - (2 votes)
La lettre d'informations

Nous réalisons régulièrement des lettres d’informations pour vous tenir à jour des nouvelles réglementations ainsi que les évolutions du marché. Inscrivez-vous pour en profiter