De janvier à octobre 2021, l’épargne des Français a très fortement augmenté par rapport à la situation que nous avons connu avant cette crise.

capital.fr

À situation de crise exceptionnelle, épargne exceptionnelle. Ce qui peut se comprendre, les Français ne sont pas rassurés et préfère placer leurs liquidités sur des supports considérés comme « garantis » pour préparer l’avenir. Les craintes du chômage sont en forte augmentation et l’épargne est devenue la grande préoccupation pour les Français.

La confiance des ménages dans la situation économique a chuté de 1 point cette année. La part de ménages considérant que le niveau de vie va s’améliorer en France diminue d’année en année. La crainte du chômage est quant à elle en constante augmentation au regard de la situation : elle se rapproche même des taux de 2009, suite à la crise des Subprimes (selon l’INSEE).

À noter que seul un quart des ménages disent avoir épargné plus que d’habitude ces derniers mois alors que 20% pensent avoir épargné moins. Un ménage sur deux affirme ne pas avoir changé le montant de leur épargne. Sans surprise, les Français qui gagnent plus de 4.000€ par mois ont pu davantage mettre de côté.

À noter que le premier trimestre 2020 a connu des montants historiques d’épargne : c’est ce qu’on a appelé la « sur épargne » exceptionnelle. Celle-ci s’est élevée à 169 milliards d’euros pour l’année 2020.

Selon les données de la Banque de France, ce 15 décembre, il y aurait plus de 55 milliards d’euros en plus par rapport à fin 2020. Le surplus n’a augmenté que de 6 milliards d’euros au troisième trimestre 2021 après 22 milliards au deuxième trimestre et 27 milliards au premier trimestre.

Les liquidités placées n’ont pas forcément été épargnées dans le but de fructifier. Cela se voit avec les supports qui ont connu des collectes historiques comme le compte courant ou encore le Livret A et le LDDS.

Attention, les liquidités placées au sein de votre établissement bancaire ne sont garanties qu’à hauteur de 100.000€ par épargnant.

Mais sur quels supports ces milliards d’euros ont-ils été placés ?

Les comptes courants

Les comptes courants ont été largement préféré par les Français en temps de crise pour accumuler des liquidités. Les épargnants ont clairement joué la sécurité pour garder un maximum de trésorerie de côté et pouvoir s’en servir à tout moment.
Ils ont recueilli 41.2 milliards d’euros en 2019, une année considérée comme « normale ». En 2020, c’est presque le double qui a été épargné : plus de 80 milliards d’euros. Sur cette année 2021, en octobre, il y avait déjà presque 50 milliards de collecte.

Cependant, ces comptes bancaires ne rapportent rien car ils n’ont aucune rémunération ! Même si cela est rassurant d’avoir de l’argent à disposition, il existe d’autres solutions qui vous permettent de faire fructifier une partie de votre argent tout en le gardant disponible.

Le Livret A et LDDS

Après les comptes courants, ce sont les livrets bancaires qui ont vu une énorme collecte ces deux dernières années. En effet, le Livret A et le LDDS (livret de développement durable et solidaire) ont collecté près de 68 milliards d’euros en 2020, et déjà presque 50 milliards en octobre 2021.

Ces livrets ont les mêmes caractéristiques qu’un compte courant classique, avec une rémunération en supplément. Les fonds peuvent donc être retirés à tout moment et sans aucun frais.

Ces produits sont certes règlementés et sécuritaires, mais savez-vous ce qu’ils vous apportent ? Le Livret A qui sert à financer les logements sociaux est rémunéré à 0.5% annuel. Ce taux va légèrement être augmenté courant 2022 pour arriver à 0.7% environ selon les banques et selon le taux de l’inflation, ce qui pourrait inciter les Français à remplir davantage ces livrets. Cependant, le livret A est plafonné à 22.950€ de versements.

Le LDDS rémunère lui aussi 0.5% par an. Ce dernier sert à favoriser l’économie locale et à contribuer au financement des PME.
Avoir une partie de vos liquidités placée sur ces livrets est primordial. En effet, une quelconque dépense imprévue pourra être financée grâce à votre argent disponible sur ces livrets. En revanche, mettre la totalité de votre épargne sur ces produits n’est pas une optimisation efficace de votre patrimoine.

Il existe d’autres solutions vous permettant de récupérer votre argent à tout moment tout en le faisant fructifier à des taux plus attractifs que les livrets bancaires.

Il faut garder en épargne disponible dans votre banque, maximum 3 à 6 mois de vos revenus. Le reste étant à placer sur l’assurance-vie.

L’assurance-vie

Délaissée en 2020 par les Français avec une décollecte de plus de 6 milliards d’euros, l’assurance-vie a connu un regain en 2021 suite à la crise sanitaire. La Fédération Française de l’Assurance affirme une collecte nette de 18.5 milliards d’euros, en constante hausse par rapport à la même période que celle de l’année dernière.

Cette hausse est à attribuer aux unités de compte qui permettent de diversifier les fonds investis et de dynamiser son patrimoine. Cela permet donc aux épargnants de toucher des rendements plus intéressants en relation avec leur profil de risque.
Aujourd’hui, cette enveloppe financière constitue le placement préféré des Français derrière le Livret A et le deuxième paradis fiscal en France après la résidence principale.

À noter que l’assurance-vie vous permet de bénéficier d’abattements fiscaux à hauteur de 152.500€ par bénéficiaire en plus d’un abattement sur les intérêts de 4.600€ pour un célibataire et 9.200€ pour un couple.

En plus de la valorisation que ce produit apporte à vos liquidités, de nombreux avantages en découlent tels que les abattements successoraux, la protection de votre famille ou encore la préparation de votre retraite.

Saviez-vous qu’il est possible de placer de l’immobilier dans l’assurance-vie, qui constitue la valeur refuge ?

La bourse

Durant cette crise, ce sont 170.000 nouveaux investisseurs qui se sont mis à boursicoter au premier trimestre 2020. Ce nombre est en constante augmentation pour arriver au troisième trimestre 2021 à plus de 750.000 français ayant acheté ou vendu au moins une action.

Le CAC 40 a pris de ce fait, 26% depuis le 1er janvier 2021 et plus de 80% depuis son point le plus bas en mars 2020 au début de la crise.

Selon la Banque de France, la catégorie « autres placements », qui recense principalement des actions, est passée de 27 milliards d’euros en 2019 à près de 70 milliards d’euros en 2020.

Les principaux épargnants ayant misé en bourse sont personnes de moins de 35 ans ayant principalement investi en cryptomonnaies.
Soyez tout de même vigilants avec la bourse. Ne misez pas de l’argent dont vous avez besoin puisque votre capital n’est pas garanti.

Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier ! Diversifiez votre patrimoine

Pour bénéficier de tous les avantages qui peuvent s’appliquer et optimisez votre patrimoine au maximum grâce aux abattements existants. Aujourd’hui, l’immobilier est la valeur refuge pour les Français : 62% plébiscitent un investissement immobilier pour sécuriser leurs capitaux. L’assurance-vie arrive en seconde position avec près d’un Français sur deux qui souhaite sécuriser son argent sur ce support en investissant indirectement dans de l’immobilier.

Alors n’hésitez plus et faites appel à un conseiller patrimonial qui saura vous aiguiller et vous conseiller au mieux sur votre situation actuelle tout en anticipant les éventuels changements.

5/5 - (1 vote)
La lettre d'informations

Nous réalisons régulièrement des lettres d’informations pour vous tenir à jour des nouvelles réglementations ainsi que les évolutions du marché. Inscrivez-vous pour en profiter